Nouvelles : Une fillette de 11 ans qui avait été violée par l'amoureux de sa grand-mère accouche d'un bébé

Une fillette de 11 ans qui avait été violée par l'amoureux de sa grand-mère accouche d'un bébé

Elle a accouché alors qu'elle jouait à la poupée.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
850 850 Partages

Une fillette de 11 ans qui avait été violée par l'amoureux de sa grand-mère a donné naissance à un bébé.

C'est mercredi que la fillette a accouché par césarienne de son bébé à l'hôpital Eva Perón dans la province de Tucumán.

Selon la gynécologue Cecilia Ousset, qui était présente lors de l'accouchement, celle-ci a déclaré au média Cronica que la fillette avait demandé qu'on fasse jouer de la musique chrétienne pendant l'intervention tandis que celle-ci jouait aux poupées pendant que les docteurs étaient à l'oeuvre.

Un groupe qui défend les droits de la personne, Ni Una Menos Tucumán, a déclaré sur sa page Facebook: "Une césarienne a été pratiquée sur Lucia (nom fictif). Pendant deux mois, elle a subi de la torture et elle a été forcée de donner naissance."

Le ministère de la Santé avait statué mardi que la fillette subirait un avortement d'urgence, mais le lendemain de l'annonce de cette décision, l'accouchement prendrait tout le monde par surprise.

Comme le bébé est né à 23 semaines de grossesse et qu'il ne pèse que 0,6 kilogramme, les médecins craignent qu'il ne survive pas. Toutefois, celui-ci a été placé dans un incubateur et les spécialistes font tout en leur possible pour le sauver.

C'est le 23 janvier dernier, suite à une visite chez le médecin pour des douleurs d'estomac, que les docteurs ont découvert que la fillette était enceinte.

La fillette avait ensuite confié avoir été violée par Eliseo Víctor Amaya, un homme de 65 ans qui fréquentait sa grand-mère. Il a été arrêté peu après les révélations de sa victime.

L'homme avait menacé de tuer sa victime si elle parlait de ce qu'elle avait subi.

L'avortement est illégal en Argentine et il ne peut être pratiqué que dans des circonstances très exceptionnelles. Les autorités l'autorisent dans des cas de grossesses qui mettent la vie de la mère en danger ou lorsqu'il s'agit d'une grossesse causée par un viol.

Partager sur Facebook
850 850 Partages

Source: DailyMail · Crédit Photo: Courtoisie