Nouvelles : Une fillette de 3 ans dans un état critique après avoir été battue, brûlée et violée

Une fillette de 3 ans dans un état critique après avoir été battue, brûlée et violée

La fillette repose toujours dans un état critique.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
1,538 1.5k Partages

Une fillette de 3 ans a été admise à l'hôpital d'Amiens, puis immédiatement placée en soins intensifs en raison de son état critique. 

Le beau-père, qui avait appelé les services d'urgence, «invoque un accident domestique avec de l'eau trop chaude dans un bain après que la fillette a perdu connaissance», a rapporté le procureur de Senlis, Jean-Baptiste Bladier, à l'Agence France-Presse. «Lors de l'hospitalisation il a été constaté des brûlures et une quarantaine d’hématomes. L'hôpital a alors fait un signalement à l'autorité judiciaire» lundi, a-t-il ajouté. 

Certains de ces hématomes étaient anciens, un signe que les violences duraient depuis un bon moment déjà malgré le très jeune âge de l'enfant. 

Les gendarmes de Méru ont été alertés et ils ont ouvert une enquête qui allait révéler l'ampleur des horreurs infligées à la petite fille de 3 ans. Des examens gynécologiques ont été faits et ont permis de découvrir que la fillette avait été violée par pénétration anale. 

La mère de l'enfant, âgée de 25 ans, et le beau-père, 28 ans, ont été mis en examen vendredi pour «violences volontaires sur moins de 15 ans». «Une information est ouverte contre X pour viol», a précisé le procureur de Senlis, Jean-Baptiste Bladier. 

«Sur des faits de viols, je pense que les faits sont matériellement avérés mais je n'ai pas suffisamment d'éléments pour savoir qui les a occasionnés», a précisé Jean-Baptiste Bladier. «Sur ces faits, le juge d'instruction va enquêter et ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de mise en examen qu'il n'y en aura pas ultérieurement.»

La mère de l'enfant et le beau père, tous deux originaires de Bornel (Oise), ont tout nié. La mère a été placée sous contrôle judiciaire. Le beau-père, dont le casier mentionne des délits routiers, en détention provisoire, ajoute 20 minutes. «Monsieur se défend d’avoir commis des violences», relate son avocat, Me Ledru. «Les explications données pour certaines blessures n’ont pas été jugées suffisamment convaincantes pour qu’ils soient relâchés», souligne Florent Boura, procureur de Beauvais. 

La fillette repose toujours dans un état critique et on ignore pour le moment si elle s'en sortira ou si elle aura des séquelles résultats des sévices qu'elle a subis. 

Partager sur Facebook
1,538 1.5k Partages

Source: LCI · Crédit Photo: Adobe Stock