Nouvelles : Une fillette de 3 ans entre la vie et la mort après avoir été attaquée par les chiens de ses parents

Une fillette de 3 ans entre la vie et la mort après avoir été attaquée par les chiens de ses parents

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
2,138 2.1k Partages

Une fillette de 3 ans a été sauvagement attaquée par les deux chiens de race Rottweiler, appartenant à ses parents, jeudi. 

Mordu sur tout le corps, y compris au visage, la fillette était toujours entre la vie et la mort vendredi. 

La mère a été mordue aux jambes. Le père, qui a rejoint sa conjoint et sa fille après le drame, n'a pas été blessé. 

Les deux chiens ont été placés en quarantaine. 

Ce drame, survenu à Esquennoy, une petite commune française de 729 habitants, a choqué toute la communauté. 

« Je suis née ici et je n’ai jamais vu une chose pareille », a confié une résidante.

Un voisin de la famille, un homme de 42 ans, a avoué avoir craint pour la sécurité de son propre fils plus d'une fois. 

« C’est dramatique pour la petite, mais ça devait arriver », s'est-il désolé. « Ils n’étaient pas maltraités, mais ils étaient complètement cinglés. »

« Mercredi, la fillette et mon fils jouaient à se lancer une balle par-dessus le grillage qui sépare nos deux cours intérieures. Je lui ai dit d’arrêter, parce que les chiens étaient comme des fous », a poursuivi l'homme. « Beaucoup de gens ici étaient au courant de la situation, y compris la mairie ».

Le maire d’Esquennoya aussi réagi à ce drame. 

« Cela faisait un bon moment que nous n’avions plus eu d’alertes mais ce n’est pas pour autant que je n’étais pas préoccupé », a déclaré Jean-Marc Evrard, visiblement affecté par cette attaque. 

La maire avait notamment demandé à la famille de renforcer le cheniel des chiens parce qu'ils avaient tendance à errer dans la communauté. Ce qui a été fait. Comme il n'y avait plus de plaintes, le maire n'a pas demandé de changements supplémentaires aux parents. 

Plus de détails à venir. 

Partager sur Facebook
2,138 2.1k Partages

Source: Le Parisien · Crédit Photo: Adobe Stock