Nouvelles : Une Française qui était partie rejoindre Daesh est renvoyée en France.

Une Française qui était partie rejoindre Daesh est renvoyée en France.

Lors de son arrestation par l'armée irakienne le 9 juillet dernier, Boughedir était avec ses 4 enfants.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
726 726 Partages

Mélina Boughedir, une Française de 27 ans qui était partie rejoindre l’État islamique, a été considérablement chanceuse suite à son passage devant la cour pénale centrale de Bagdad. 

La jeune femme qui était soupçonné d’avoir eu des relations avec l’organisation terroriste évitera la prison et sera renvoyée en France.

Dans les faits, Boughedir a quand même écopé de 7 mois de prison pour "entrée illégale sur le territoire", mais comme elle avait été détenue provisoirement, ce temps passé derrière les barreaux a été crédité de sa peine.

On prévoit son retour en France dans les prochains jours et sinon, dans les prochaines semaines.

Toutefois, ses démêlés avec la justice risquent de ne pas prendre fin immédiatement, car dès son retour en France, la jeune femme pourrait faire l'objet d'un mandat d’arrêt délivré dans le cadre d’une information judiciaire pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle».

C'est en octobre 2015 que Mélina Boughedir avait quitté la France en compagnie de son amoureux Maximilien Thibaut afin de rejoindre l'organisation terroriste.

Lors de son arrestation par l'armée irakienne le 9 juillet dernier, Boughedir était avec ses 4 enfants.

Alors qu'elle devait se présenter devant le président de la cour pénale centrale de Bagdad lundi dernier, Boughedir a expliqué en langue arabe: "Je suis entrée en Syrie avec mon passeport français mais Daesh me l’a pris. Je suis restée quatre jours en Syrie puis je suis venue à Mossoul avec mon mari et mes quatre enfants."

Bien qu'on ne puisse pas être jugé deux fois pour le même crime, Boughedir pourrait avoir à rendre des comptes en France, car on prévoit déjà l'accuser en empruntant un angle différent en tenant compte d’une information judiciaire pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle».

Partager sur Facebook
726 726 Partages

Source: 20 Minutes · Crédit Photo: Keystone Press Agency