Nouvelles : Une Québécoise découvre une énorme sauterelle vivante dans son paquet de roquettes

Une Québécoise découvre une énorme sauterelle vivante dans son paquet de roquettes

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Une femme de Saint-Hyacinthe a fait la découverte d'une sauterelle verte dans un paquet de feuilles de roquette de la compagnie VegPro International.

C'est dimanche dernier que la mère de 45 ans nommée Julie Champigny a découvert la présence de la sauterelle d'une longueur d'une dizaine de centimètres, alors que les deux tiers de la boîte de salade avaient déjà été consommés.

Étant donné la taille plutôt impressionnante de la sauterelle, Julie Champigny affirme qu'elle a tout d'abord cru qu'il s'agissait d'une mante religieuse, mais comme l'a expliqué Robert Loiselle, entomologiste retraité de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), il s'agit vraiment d'une sauterelle verte et ainsi, il n'y a rien à craindre puisqu'il s'agit d'une espèce "inoffensive [qui] ne transporte pas d'agents pathogènes".

C'est le 7 février dernier que le paquet de feuilles de roquette a été acheté au supermarché Provigo du boulevard Casavant Ouest, à Saint-Hyacinthe.

Luc Prévost, vice-président exécutif chez VegPro International, a confirmé pour sa part que les pousses provenaient de la Floride, tout en assurant que celles-ci avaient été lavées et emballées à Sherrington, en Montérégie.

Or, malgré les tests de contrôle de qualité "à la fine pointe de la technologie", la sauterelle verte est parvenue à se faufiler entre les mailles du filet. Luc Prévost explique: "Mais quand on parle d'une sauterelle qui a une densité très faible, qui est capable de demeurer à flot sur une feuille qui vogue sur nos bassins d'eau, qui consomme la feuille et qui emmagasine de la chlorophylle dans son système, c'est très difficile de les détecter toutes. [...] Notre processus de lavage et de détection devrait écarter tout objet étranger [...] Mais ça peut nous arriver. On n'est jamais à l'abri à 100 % de ça. Et on ne le sera jamais, d'ailleurs".

Tout récemment, une grenouille retrouvée dans un poivron avait fait couler beaucoup d'encre, mais en ce qui concerne la sauterelle, Julie Champigny a révélé qu'elle n'avait pas cru bon de communiquer cet incident auprès du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ). 

La famille a pris soin de la sauterelle qui avait été baptisée Billy pendant les jours suivants et elle a été retrouvée morte mercredi.

Enfin, Julie Champigny assure que malgré cette mésaventure, elle continuera d'acheter des produits en provenance de VegPro International: "Je pense que c’est quelque chose d’assez rare, et si je me fie à ce qu’ils nous ont écrit, leur processus est quand même très contrôlé... Alors oui, je vais probablement en racheter. Mais pas tout de suite".

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: ICI Radio-Canada · Crédit Photo: Capture d'écran