Nouvelles : Une ville de la Colombie-Britannique adopte une loi pour émettre des contraventions aux gens qui dorment sur le trottoir.

Une ville de la Colombie-Britannique adopte une loi pour émettre des contraventions aux gens qui dorment sur le trottoir.

Tous les détails à l'intérieur...

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Une ville de la Colombie-Britannique, Penticton, a adopté mardi soir une loi qui permettra aux policiers de remettre des contraventions aux gens qui se couchent ou s'assoient sur les trottoirs du centre-ville.

La loi sera en vigueur chaque année de mai à septembre et ainsi, ceux et celles qui y contreviendront s'exposeront à une amende de 100 dollars.

À cet effet, le maire John Vassilaki a déclaré: "C'est pour la sécurité de notre communauté et c'est très important à mes yeux. C'est tout simplement à propos de ça. Notre sécurité."

Il ne s'agit pas de la première ville à adopter une loi du genre, car auparavant, la ville de Kelowna avait entrepris des démarches en ce sens. La loi à Kelowna prévoyait qu'il était interdit de s'allonger sur les trottoirs pendant les heures du jour, mais par la suite, la loi a été modifiée afin d'être applicable en tout temps.

Évidemment, les groupes qui soutiennent les personnes démunies et sans-abri ont vivement dénoncé la nouvelle loi.

Kristine Shepherd, qui s'occupe d'une soupe populaire, a déclaré à CTV News: "Cette loi vise un groupe spécifique d'individus. Elle vise particulièrement les sans-abris, les gens qui souffrent de problèmes psychologiques et ceux qui ont des problèmes de dépendance."

Mais le conseiller municipal Jake Kimberley n'est pas de cet avis et celui-ci croit fermement que cette loi contribuera au calme et à la sécurité de sa ville: "Cette loi doit être appliquée afin de protéger les personnes qui comptent utiliser les trottoirs. Si un chemin est bloqué, nous appelons la Gendarmerie Royale du Canada afin de déplacer ces gens. J'espère que lorsqu'un trottoir sera bloqué, on pourra aussi contacter la police afin de faire déplacer les gens qui le bloquent."

Des conseillers avaient demandé un délai avant l'adoption de la loi afin d'étudier tous les détails, mais la demande a été refusée par le maire.

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: CTV News · Crédit Photo: Courtoisie