Nouvelles : Vague de sympathie pour un infirmier suspendu pour avoir dénoncé ses conditions de travail sur Facebook

Vague de sympathie pour un infirmier suspendu pour avoir dénoncé ses conditions de travail sur Facebook

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye dans Nouvelles
Partager sur Facebook
0 0 Partages

Jean-Sébastien Blais, un infirmier du réseau de la santé de l'Estrie, a été suspendu pour avoir dénoncé ses conditions de travail sur Facebook, a appris Radio-Canada. 

« Santé mentale... Quand le système est plus malade que ses patients... », a écrit Jean-Sébastien Blais sur Facebook, le 18 décembre dernier. 

« Aujourd'hui... en près de 15 années à travailler en santé mentale... j'ai vécu auprès de mes collègues l'une des pires journées de ma carrière d'infirmier. [...] Depuis plusieurs semaines... voire mois... plusieurs d'entre nous ont lancé un cri d'alarme sur la façon dont est "gérée" la santé mentale ici à Sherbrooke... et probablement également ailleurs. Des unités qui ne suffisent plus à la demande, du personnel épuisé... une sécurité déficiente », a-t-il poursuivi. 

« Malgré les cris à l'aide du personnel soignant, infirmières, infirmières auxiliaires et préposés... AUCUN soutien l'administration. Et des médecins traitants qui en ont plein le c... de ne pas être écoutés donc... ils lâchent prise au profit des budgets et des foutues statistiques. Des préposés utilisés comme des pions... sacrifiables et payés moins de la moitié d'un employé de la Domtar. A recevoir des claques sur la gueule et se faire menacer de mort. Un personnel nursing laissé à lui même car les médecins on juste lâché prise... Résultat... du personnel ébranlé... des infirmières les yeux rouges et bouffis. Des voix tremblantes de par l'épuisement... »

À la fin de sa publication, Jean-Sébastien Blais a nommé un médecin en ajoutant « peut être à l'abri dans votre bureau mon cher Docteur... mais on ne vous a jamais vu sur le plancher. Pas plus que ces "Gestionneux" qui nous assurent que tout est SÉCURITAIRE... mais qui n'ont aucune crisse d'idée de ce qui se passe réellement sur le plancher... ».

« Notre personnel ne reçoit pas de mesures disciplinaires pour s’être exprimé sur la place publique, toutefois nous ne pouvons accepter des propos ou des gestes qui démontrent un manque de respect envers les usagers ou des collègues », a commenté la direction du CIUSSS de l’Estrie – CHUS dans un communiqué à la suite des réactions à la suspension de Jean-Sébastien Blais.

Sur les médias sociaux, on assiste à une vague de sympathie pour l'infirmier suspendu. 

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Radio-Canada · Crédit Photo: Adobe Stock