Showbiz : Une scène à vomir de la 2e saison de «You» sur Netflix rend les gens malades

Une scène à vomir de la 2e saison de «You» sur Netflix rend les gens malades

Tous les détails à l'intérieur.

Publié le par Ayoye dans Showbiz
Partager sur Facebook
0 0 Partages

De nombreux abonnés de Netflix avaient adoré la première saison de la série originale « You ». La deuxième saison est maintenant en ligne, et ce, depuis le 26 décembre. Et déjà des internautes ont fait part de leurs commentaires sur les médias sociaux. 

Penn Badgley reprend le rôle de Joe Goldberg dans ce thriller quasi romantique. Dans la deuxième saison, Joe se retrouve à Los Angeles pour fuir son passé qui le rattrape. Il prend le nom d'une personne qu'il garde captive et perd un bout de doigt à cause d'un malentendu relié à sa nouvelle (fausse) identité. Joe finit éventuellement par tuer Jasper, l'homme qui lui a coupé un doigt. 

« Comme je l'ai dit, la 2e saison de You est incroyable. Mais j'ai vraiment besoin de hurler à propose de *ce* moment dans l'épisode 2 qui m'a presque fait vomir. C'est de l'ART. Et c'est tellement horrible. Je ne pourrai jamais l'oublier », a écrit Sydney Bucksbaum de Entertainment Weekly.

« Le 2e épisode de la 2e saison de You pourrait avoir fait de moi une végétarienne », a commenté une internaute. 

« Je ne mangerai plus jamais de viande honnêtement », a écrit une autre. 

Penn Badgley a expliqué à TV Line les détails de cette scène qui a choqué tant d'internautes : 

« Nous avions un corps prothétique grandeur nature très authentique. C'était un corps sans tête qui était extrêmement réaliste au toucher et à la vue. Tous les poils du corps, chaque poil, étaient de vrais poils humains qui étaient appliqués individuellement. Donc, la quantité de travail pour faire ce corps était assez grande. »

« Il a été truqué pour qu'il saigne lorsque vous le coupez. Il y avait aussi un bras amovible. C'était vraiment intéressant de parler aux gens qui l'ont fait, car ils étaient tous si gentils. Ils aiment juste les films d'horreur, et ils ont cet amour vraiment pur de l'artisanat et du travail manuel. »

« D'une certaine manière, c'était excitant - et le moment est venu de le couper. Cette partie était écœurante, en fait. Très surréaliste. »

Partager sur Facebook
0 0 Partages

Source: Unilad et Twitter · Crédit Photo: Capture d'écran